Echanges sur la nouvelle politique de financement des secteurs porteurs de croissance dictée par la Banque de la république du Burundi

BGFadmin
Conférence débat
Share on facebook
Share on twitter
Share on print
Share on email

Des échanges sur la nouvelle politique de financement des secteurs porteurs de croissance dictée par la Banque de la république du Burundi BRB ont été organisés par la BGF et certains intervenants dans le secteur bancaire, assurance et microfinance étaient invités ce mardi 27/04/2021.

Le souci majeur des banques est d’accompagner leurs clients dans la réalisation des projets a signalé l’ADG de la BGF Jean Marie Clair Gashubije :

« La BGF devrait accompagner les promoteurs industriels, agricoles et d’élevage dans la réalisation de leurs projets sur base des mesures prises par la Banque Centrale avec un taux de refinancement réduit.

Cette politique vient répondre à nos préoccupations qui consiste à accompagner les clients en leur accordant des crédits à taux moins élevé en se refinançant auprès de la BRB ce qui permet à la Banque à son tour de refinancer ses clients à des taux moins élevé qui ne va pas au-delà de 8% ».

Quant à Denis Nshimirimana, secrétaire exécutif de la chambre fédéral de commerce et d’industrie du Burundi(CFCIB) apprécie positivement cette mesure d’assoupissement envers les secteurs porteurs de croissance :

« Je crois que la décision de la Banque Centrale est venu résoudre une question longtemps posée ça veut dire l’épineuse équation de l’accès au crédit et quand on parle de crédit c’est surtout le taux d’intérêt qui entre en jeu.

Vous savez que le taux d’intérêt moyen sur le marché oscille autour de 16% aujourd’hui et des investissements lourds comme la construction d’usines ou la transformation agro-alimentaire nécessite des fonds colossaux au point que pour acquérir un crédit à 16%, 17% ou 18% ne peut pas être rentable.

C’est ainsi que la disponibilisation de fonds à 2% par la Banque Centrale en laissant une marge de commission aux banques commerciales de 6% au maximum est une décision qui est venue à point nommée. »

En vue de pouvoir financer les projets de ses clients, la Banque a pris la mesure d’augmenter son capital social à un niveau appréciable en le portant à BIF 27 126 799 200 après l’assemblée Générale  ordinaires des actionnaires qui s’est tenu en date du 29 Mars 2021.